Travailler de la maison – David

Avec la neige, je me suis retrouvé à devoir travailler de chez moi pendant une semaine et je serais aussi possiblement en télétravail lors d’un emploi futur, c’est le métier qui veut ça.

Et au début, je ne vais pas te mentir, l’idée de travailler de mon salon était terrifiante. J’avais peur de ne pas réussir à m’atteler à la tâche. Déjà, pourquoi pas me lever à 13h, après tout, l’ordinateur est dans la pièce juste à côté ? Puis ensuite il y a la tentation des séries à terminer… Et les tâches ménagères, comme je suis là, pourquoi attendre le week-end pour faire la lessive ?

Ça, c’est comment je pensais que les choses allaient se passer.

Finalement, chaque soir, je me faisais une liste des tâches à effectuer pour le lendemain. Avec la dyspraxie, c’est plus simple pour moi de faire d’un gros projet plein de petites tâches organisées de façon logique.

Le matin, je mettais une alarme à une heure raisonnable et me donnait une heure fixe pour commencer à travailler. Pareil à l’heure du déjeuner et pour décrocher le soir. Pour les tâches ménagères, je les cantonnais hors de ces horaires comme pour une journée de travail classique.

L’avantage c’est de pouvoir travailler à mon rythme, sans la fatigue des trajets et de pouvoir faire une sieste si besoin le midi. Je dois avouer que je me suis trouvé beaucoup plus efficace et motivé.

Cependant, l’inconvénient (qui n’en n’est peut-être pas un pour toi) c’est la solitude. J’ai assez mal vécu le manque d’interactions sociales. Il faut dire que j’étais littéralement coincé chez moi à cause des intempéries. Je pense que c’est une variable tout à fait organisable dans le cadre d’une météo classique.

Voilà, je tenais simplement à te partager cette première expérience de télétravail, option parfois envisagée à cause du handicap ou de la maladie. J’y reviendrai peut-être si cela devient un fonctionnement à plus long terme, pour te tenir au courant!

4 réflexions sur “Travailler de la maison – David

  1. Je peux te demander ce que tu cherches comme emploi futur, si ce n’est pas indiscret ici ? simple curiosité 🙂 Le télétravail peut aussi être une solution pour une partie du temps de travail, pour éviter en effet certains jours la fatigue du transport, de s’habiller, etc. mais ne pas se sentir isolé.e.
    Pour moi le travail à la maison est l’idéal : je n’ai aucun problème de motivation, j’utilise mes moments les plus productifs ; si j’ai des problèmes de concentration, je n’ai plus aucun scrupule à découper mes moments de travail en petites tranches de 10-20minutes et faire entre-temps d’autres choses (lessive, vaisselle, un peu de cuisine) ; aussi, je suis du genre de personne qui a besoin de bouger pour réfléchir 🙂 et je supporte très mal l’ambiance des bureaux. J’ai entendu beaucoup de personnes parler de solitude mais pour moi une journée seule est une journée reposante ; et toute mon énergie sociale est alors conservée pour voir des ami.e.s. Mais en effet avec d’autres conditions météo c’est possible pour certaines personnes de s’organiser une pause déjeuner ou pause-skype avec quelqu’un, de travailler chez soi avec un.e autre ami.e qui travaille à domicile, ce genre de choses. Hélas je trouve que trop peu d’entreprises sont prêtes au télétravail encore, on met en doute la capacité de l’employé.e à travailler de manière autonome…

    J'aime

    • J’espère trouver un travail dans le secteur de l’édition et il y a pas mal de petites maisons ou d’emplois en freelance donc c’est du télétravail dans ces cas là.

      La solitude m’a surtout pesé, je pense parce que c’est n’était pas un choix et que j’étais coincé. Mais c’est vrai que travailler seul chez moi m’a permis de trouver un rythme à la fois physique mais aussi mental. Je n’avais pas de scrupules à aller regarder un épisode de série quand mon esprit était saturé et donc inefficace 🙂

      Mais tu as mis le doigt sur le fond du problème, c’est souvent un manque de confiance de la part de l’entreprise, la peur que l’employé.e ne travaille pas assez.

      J'aime

      • C’est vrai que même moi avec mes très petits besoins sociaux si je suis « obligée » d’être seule (s’il m’arrive d’être malade par exemple) je supporte mal. Comme tu le dis bien travailler chez soi nous apprend à gérer nous-mêmes notre énergie, donc mieux, au final. C’est tout un apprentissage et c’est pas l’école française non plus qui y encourage particulièrement ! J’ai eu la chance de comprendre très tôt mon fonctionnement je crois 🙂

        Idem pour l’édition mais je n’aurais pas dû quitter Paris pour ça xD On verra dans le futur. Bonne recherche, on croise les doigts !

        J'aime

      • Comme tu dis, même s’il on connaît tôt notre fonctionnement, ce qui a été aussi mon cas, l’école classique ne nous permet pas de le mettre en place au quotidien.

        C’est vrai qu’il y a pas mal de maisons sur Paris mais il y a aussi de jolies choses qui se font en province 🙂

        Merci et bonnes recherches à toi aussi du coup 🙂

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s