Quand je franchis la barrière valide/handicap- Marie

handi barriére

Bonjour à tout.e.s !

Il y a quelques temps j’ai déménagé afin de poursuivre mes études. Qui dit déménagement dit aussi nouvelles rencontres : très vite j’ai été confrontée à faire mon coming-out non pas au niveau de mon orientation sexuelle, mais concernant mon handicap. En effet -dans mes bons jours-  certaines personnes ne remarquent pas toujours que j’ai un handicap et pensent que je me suis fait une entorse ou une foulure pour expliquer ma démarche claudicante.

Leurs réactions sont très différentes les unes des autres : certain.e.s craignent de m’avoir blessée et s’excusent, d’autres encore sont curieux sans être intrusives. Et puis il y a ceux/ celles qui vont te scruter pour voir si tu dis la vérité, d’autres vont changer de comportement t’infantiliser ou plus rarement certain.e.s pourront même te rejeter.

Quoi qu’il en soit que ça soit des réactions positives ou négatives, j’ai l’impression de franchir une barrière invisible passant de la valide avec un simple défaut à la personne en situation de handicap: il y a toujours un ou des moments de flottement pendant lesquels les personnes ne savent pas vraiment réagir devant cette situation.

Plus jeune, j’évitais ce genre de confrontation en éludant la question en me disant qu’ils s’en rendraient compte par eux-mêmes. Et puis j’ai réalisé qu’en ne disant rien, je pouvais entretenir un mystère et des quiproquos qui compliquent les échanges. C’est pour ça que lorsqu’on aborde le thème avec moi, je fais une mise au point de suite afin que cela soit clair pour tout le monde. Certes ce n’est pas un moment facile car on se confronte aux rejets de l’autre et cela peut faire mal. Mais personnellement c’est un mal nécessaire et bénéfique pour nous car on se rend compte des gens présents et d’autres non….

Evidemment comme dans tout coming-out rien ne nous oblige à rentrer dans ce genre de discussion si on n’est mal à l’aise avec cette idée. Parler de son handicap n’est pas toujours une tâche aisée surtout avec la crainte d’être stigmatisée comme différent. Cependant qu’elle vienne tôt ou tard, longue ou courte, la parole est libératrice et permet de faire tomber les incertitudes et barrières qui nous bloquent et alors d’échanger véritablement. Et finalement d’enlever pas mal de stéréotypes dans la tête de notre entourage afin de nous accepter tels que nous sommes.

Et qui sait peut-être que ce sont tout simplement ces échanges qui pourront participer à supprimer un jour cette barrière handicap/validisme en enlevant toutes craintes et tabous….

 

4 réflexions sur “Quand je franchis la barrière valide/handicap- Marie

  1. Re-coucou! Parfois les gens peuvent être maladroits dans leurs propos sans vouloir blesser ou vexer. J’aurai moi aussi ce « moment de flottement » pour être sûre de ne pas dire de bêtise, parce que je parle souvent avant de réfléchir. C’est une réaction bête en plus, mais c’est vraiment involontaire. On a apprit aux valides (quoique je n’aime pas différencier les personnes avec les termes « valides » et « invalides ») à respecter, à faire attention et à avoir pitié des personnes en situation de handicap. Je ne pense pas que ces personnes, comme toi, ayez besoin de pitié… Tu fais bien de faire des mises au point de suite, je trouve que ça enlève tout malaise chez chaque interlocuteur 😉

    Aimé par 1 personne

    • Tout à fait, je sais que cette attitude de surprise et de gêne n’est pas volontaire, ni méchante et au contraire cela permet de désamorcer la situation comme tu l’as souligné.
      D’ailleurs je pense que si ce comportement existe c’est parce qu’on nous a enseigner que le handicap était un tabou et donc qu’on sait pas l’aborder puisqu’on ne connait pas ce sujet.
      Par contre les personnes qui restent figées dans leurs stéréotypes malgré une tentative de dialogue, là je passe mon chemin.

      J'aime

      • Il faut en effet parler du handicap puisque être gentil et poli ne veut pas dire forcèment que tu traites la personne comme ton égal, et parfois même devient infantilisant.
        Oui il y a des gens qui restent dans leur attitude puisqu’ils n’ont pas suffisant de recul pour remettre en question à ce qu’on leur a enseigné…

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s